stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue


87% du cybercrime en France aurait été perpétré par des hackers français


Publié le Mardi 19 Mai 2015 - modifié le Mardi 19 Mai 2015 - 17:36


ThreatMetrix, acteur de référence dans le domaine de la prévention des fraudes et l'un des plus grands réseaux d'identités numériques mondial, révèle aujourd'hui les résultats de son rapport de sécurité ThreatMetrix Cybercrime Report pour le premier trimestre 2015, désignant l'Europe comme la nouvelle scène de la cybercriminalité internationale.

S'appuyant sur les incidents de sécurité détectés et analysés par le Réseau ThreatMetrix Digital Identity d'octobre 2014 à mars 2015 sur des milliards de transactions mondiales, le rapport démontre que la plus grande cyber-menace ayant pesé sur les entreprises françaises durant cette période aurait pour origine l'hexagone.

En rupture par rapport aux tendances dominantes où la grande majorité des cyberattaques avaient pour source la Russie, l'Asie ou l'Afrique, ce phénomène semble se généraliser à toute l'Europe : 72% des actes cybercriminels au Royaume-Uni proviennent d'Irlande et d'Angleterre, 81% en Allemagne, près de la moitié (54%) aux Pays-Bas, 94% en Italie et 85% en Russie, ont également été perpétrés à l'intérieur des frontières de ces mêmes pays.

Autre point singulier dans le classement des attaques mondiales : la croissance des réseaux de cybercriminalité en Amérique du sud et notamment l'arrivée du Mexique comme seconde source de cyber attaques visant l'Angleterre ; le Nigéria arrivant à la troisième place suivi de près par l'Allemagne et les Etats-Unis. Du point de vue du e-commerce, la France et l'Italie se situent dans le Top 5 en terme de volume d'attaques contre les entreprises britanniques.

LA FRAUDE A L'IDENTITE : NOUVEAU PROCEDE FRUCTUEUX POUR LES HACKERS
Selon le rapport, les techniques d'usurpation d'identité (spoofing) sont aujourd'hui les menaces les plus courantes. Plus de 11.4 millions de tentatives de transactions frauduleuses ont été identifiées par le Réseau mondial ThreatMetrix au cours de la seule période des fêtes de fin d'année 2014. Face à des logiciels criminels de plus en plus sophistiqués, le Réseau pointe du doigt une croissance de la fraude à l'identité. Ceci est particulièrement vrai lors de nouvelles créations de comptes au cours desquels les hackers utilisent des identités volées pour escroquer les entreprises. La fraude sur les téléphones mobiles augmente également de manière exponentielle avec la hausse des transactions sur ces périphériques. L'usurpation d'identité sur périphériques mobiles est devenue aujourd'hui le vecteur d'attaque le plus usité.

LES ENTREPRISES ONT DU MAL A IDENTIFIER UN CLIENT LEGITIME D'UN CYBERCRIMINEL
Aujourd'hui, l'ensemble des pays européens profite des transactions records et des opportunités en fortes croissance générées par le mobile et le web. Mais paradoxalement, c'est du e-commerce et du m-commerce que proviennent les plus fortes menaces pour les entreprises car elle peinent à différencier une transaction frauduleuse d'une commande authentique.
De plus, la fraude à la carte de paiement sur Internet ayant représenté £2.92 milliards au Royaume-Uni en 2014, l'abandon des paniers pour cause de processus d'authentification de sécurité plus lourds et onéreux est aujourd'hui 10 fois plus coûteux que le cyber fraude elle-même.

COMMENT LES ENTREPRISES PEUVENT T'ELLES SE PREPARER ?
Tony Larks, Directeur de la Recherche et de la Communication EMEA de ThreatMetrix commente : “La confiance dans la marque est un élément fondamental pour le e-commerce. Mais aujourd'hui, la confiance doit être réciproque, les entreprises ayant également besoin de s'assurer de la légitimité du client. Les sociétés adaptent une approche trop uniforme et généraliste en matière de sécurité alors qu'elles devraient déployer des stratégie de défense sur mesure intégrant des informations de sécurité environnementales. Les sites de e-commerce craignent aujourd'hui l'exaction de leurs bases de données client et des pertes inhérentes pouvant s'élever à plusieurs millions d'euros. Nous sommes convaincus que la clé pour lutter contre la cybercriminalité est la collaboration entre les entreprises et le partage de renseignements sur les menaces. Cela veut dire, partager de l'information de manière anonyme sur des personnes ou des faits au moment où l'attaque se passe".



















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings





sur cette page