stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue


Auxiliadom: L'histoire touchante d'un auxiliaire de vie


Publié le Mardi 25 Octobre 2016 - modifié le Mardi 25 Octobre 2016 - 14:25

Papy Boom en France : comment vieillir et rester digne ?


Auxiliadom: L'histoire touchante d'un auxiliaire de vie

En France, le « vieillissement et l'isolement des personnes âgées » sont des sujets d'actualité dans notre société : vieillir a toujours été un sujet qui fâche et pourtant cela fait partie de la vie. Plus tard où vous voyez-vous ? Chez vous assurément ou sur une ile au bord de la mer. Pourtant nous n'avons pas tous la chance de profiter de nos vieux jours dans le confort de notre maison, en parfaite santé et entouré de notre famille... 

Lutter contre la solitude des personnes âgées et/ou diminuées.
 
Selon les projections de l'Insee, à l'horizon 2020, les 60 ans et plus constitueront 26,4% de la population française, soit plus de 17 millions de personnes. Aujourd'hui ces personnes, qu'elles soient valides, en situation de handicap, en rémission d'AVC ou bien sujettes à des pathologies telles qu'Alzheimer, sont fragilisées. La plupart d'entre elles, refusant d'aller en maison de retraite, souhaitent avant tout rester à la maison. Malheureusement, les familles souvent éclatées ne peuvent être aussi présentes que nécessaire pour assister leurs aînés, surtout dans les zones rurales. Souvent, la personne souffrante n'ose pas demander de l'aide et se retrouve parfois en situation dégradante dans la solitude la plus totale.

 
 Un moment extrêmement émouvant qu'Auxiliadom n'oubliera pas.

Le film « Intouchables » avec Omar Sy, a permis de montrer sous un nouveau jour le métier d'auxiliaire de vie. 

Felipe ORDONEZ est auxiliaire de vie depuis près de 10 ans et travaille depuis presque 2 ans chez Auxiliadom. Sa vocation, il ne l'a pas découverte au cinéma. Il l'a vécu sur le terrain. Originaire de Colombie ou la culture et le manque de moyen veut que l'on s'occupe de ses ainés, il a pris soin de son grand-père jusqu'à sa mort. Après cette expérience bouleversante il décide d'accompagner ses sœurs, aides soignantes, qui lui donnent la passion de soigner les gens qui en ont besoin. Les personnes en souffrance le troublent. 

Il n'était jamais tombé sur une histoire si touchante

Philippe ORDONEZ a rencontré Mme Richard lors d'une de ses nombreuses missions pour Auxiliadom. A l'origine, il devait intervenir pour un retour à la maison suite à une fracture à la jambe de Mme Richard. Auxiliadom l'avait informé de la situation compliquée de cette dame et pourtant rien ne l'avait préparé à ce qu'il allait voir une fois passé la porte...

Philippe a attendu longtemps avant que Mme Richard ne réussisse à lui ouvrir la porte ; La gestion des clés n'aillant pu être anticipée pour cette intervention d'urgence. Lorsqu'elle a enfin réussi à ouvrir, il a vu apparaître un corps à quatre pattes, presque nue, en couche. Elle était mal voyante. Elle avait la jambe cassée et était en crise de diarrhée. Choqué par la scène, Philippe décide de la prendre dans ses bras pour la rassurer. Dans son appartement, il n'y avait qu'un matelas dans un état épouvantable, une petite armoire et une table sur laquelle reposait une télé. Comment pouvait-on vivre dans un environnement pareil ? Il décide alors de la laver. Puis, lorsqu'il cherche des vêtements pour l'habiller, il se rend compte qu'elle n'avait qu'un pantalon d'hôpital. Aveugle, elle ne s'était même pas rendue compte qu'elle n'avait rien. Horrifié, l'auxiliaire de vie part acheter une tenue, des couches, quelque chose à manger et des médicaments pour la diarrhée. Il est resté plus de 3h sur place alors qu'il avait été appelé seulement pour une prestation d'une heure. Il ne pouvait pas la laisser comme ca.

Il a ensuite travaillé conjointement avec l'assistante sociale d'Auxiliadom pour pour lui trouver de quoi s'habiller et améliorer son quotidien.

En parallèle, Auxiliadom, son entreprise, touchée par cette histoire a décidé de faire un appel aux dons auprès de son personnel pour lui redonner une vie plus digne. L'équipe d'Auxiliadom est en cours de collecte pour lui offrir une machine à laver, d'un aspirateur, et un matelas neuf.

Une histoire de vie :

Son mari est mort jeune, à l'époque ils avaient tous deux une bijouterie. Sans son conjoint, elle n'avait pas eu la force de continuer. Elle s'est retrouvée seule à devoir payer ses factures avec une retraite de 800 euros pour un loyer de 782 euros. Même avec les APL elle était obligée de faire la manche pour manger. Malgré tout, seule et certainement trop fière elle n'a pas su faire les démarches nécessaires.  

Cette rencontre, Felipe Ordonez, ne l'oubliera jamais. Au-delà du lien professionnel, cette rencontre a vu naitre un vrai lien d'amitié qui dure depuis déjà un an et demi.

L'Assistante Sociale d'Auxiliadom : « J'ai rencontré Mme RICHARD à l'hôpital suite à l'appel d'une assistante sociale de l'établissement, inquiète de sa situation et du retour à domicile jugé très difficile. Toutefois, Mme Richard était très demandeuse de ce retour. Aucun papier n'était à jour, que ce soit au niveau de la sécurité sociale comme au niveau de la mutuelle. Mme Richard n'avait plus de carte vitale et même sa pièce d'identité était obsolète.

Je suis alors chargée de remettre à l'Assistante Sociale de l'hôpital les papiers nécessaires à l'élaboration des documents de sécurité sociale, de mutuelle, de la constitution du dossier APA suite à ma visite à domicile.

Le jour de ma visite à domicile (préalable à la mise en place des aides), Mme RICHARD vient seulement de rentrer de l'hôpital, son pantalon est à ses pieds, elle met plus de 15 minutes à ouvrir la porte. Je l'aide alors à se rhabiller et réalise le vide colossal dans sa penderie. Des victuailles ont pourri dans sa cuisine, je l'aide à se débarrasser de ces choses.

Je réalise alors que la plupart des papiers que nous recherchons ne sont plus au domicile, il ne reste que des papiers d'avant 2007 et quelques-uns récents. Des chèques manquent dans son chéquier (elle nous apprendra plus tard que c'est l'œuvre d'un homme qu'elle a hébergé contre services plusieurs années et qui est parti durant son hospitalisation, vidant ainsi le peu qui restait dans l'appartement).

Mme Richard n'a plus rien chez elle. Son appartement est désespérément vide.

J'ai alors immédiatement fait appel au CLIC, l'assistante sociale a été d'une aide remarquable, nous avons ensemble pu récupérer de nombreux papiers et faire avancer les dossiers avec le concours de l'assistante sociale de l'hôpital et du département.

Mme Richard avait déjà été signalée au CLIC, car il y a de nombreuses années, elle a été contrainte de faire la manche. Cette dernière, dotée d'un fort caractère a alors refusé leurs interventions.

Cette fois-ci, avec l'intervention de nos partenaires institutionnels et de Mr Ordonez, nous avons pu mettre en place une mesure de tutelle afin de l'aider à gérer ses papiers ainsi qu'une collecte de vêtements et l'acquisition d'une planche de douche.

M. Ordonez, très touché par la situation de Mme Richard a fait beaucoup d'heures bénévolement afin de l'aider. 

Aujourd'hui, elle doit encore payer une facture de 25 000 euros à l'hôpital qui a soigné sa fracture. Nous espérons pouvoir démêler cette histoire sans dégâts »


Malheureusement, en France, des « Mme Richard » il y en a surement d'autres et c'est l'affaire de tous.




















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings





sur cette page