stephanelarue.com

Interviews

EXCLU GuestsEvents : énorme colère des clients non remboursé, la gérante nous répond

Publié le Dimanche 23 Octobre 2016 à 15:17


Cela fait plusieurs années que le phénomène des conventions a vu le jour en France et avec grand succès. Il s'agit de rendez-vous dans toute la France ou des fans de séries télé, par exemple on la possibilité de rencontrer leurs actrices ou acteurs préférés et prendre des photos, signer des autographes et assister à des conférences.

Il faut savoir qu'assister à ces conventions à un prix. En effet, les "pass" pour accéder à l’événement, peuvent se vendre à des prix exorbitants. Comptez une cinquantaine d'euros pour des photoshoots, une quarantaine pour les autographes et plusieurs centaines pour les meetings qui permet aux fans de discuter en vrai et durant plusieurs minutes avec leur acteur préféré.

La société GuestsEvents est l'une des entités, qui gère ce genre d'événements depuis quatre ans est, en ce moment, au centre d'une colère de la part de leurs clients.

DES REPORTS, DES ANNULATIONS, MAIS PAS DE REMBOURSEMENTS

Des clients attendent depuis des semaines, de mois et parfois deux ans, que les conventions annulées ou reportées leur soit remboursés mais la direction avance qu'il n'y a aucune obligation de remboursement des "pass" en cas de reports en renvoyant sur les conditions générales de vente.

Outre le prix exorbitant des pass, les clients paient aussi les "à côté" comme les transports, l'hôtel et évidement tout cela est commandé à l'avance et payé. Dans le cas d'une annulation ou d'un report, fatalement, ces "à cotés" sont également perdus.

GUESTEVENTS ANNONCE UNE MAUVAISE NOUVELLE SUR FACEBOOK 

Les clients qui n'ont jamais été remboursés ont été surpris, et choqué d'apprendre que l'entreprise devrait fermer ses portes suite à une accumulation de dettes, un redressement fiscal et affirme que les caisses sont vides laissant les clients dans l'expectative et se rendant compte que les remboursements ne seront probablement jamais effectués abandonnant tout espoir. Évidemment toutes les conventions pour la fin 2016 et 2017 ont été annulées.
 
Nous avons dû faire face à un contrôle fiscal cette année et les impôts ont tout simplement décidés de nous imposer de 15% sur les cachets des acteurs (tous les cachets que nous avons payés depuis plus de 3 ans).
Au cours des derniers mois les dettes se sont accumulées, mais malgré cela nous étions confiantes dans le fait que ce n’était pas insurmontable. Mais le redressement fiscal a été le coup de grâce.

Aujourd’hui les caisses sont vides et nous ne pouvons plus avancer.


LA GÉRANTE DE GUESTSEVENTS RÉPOND A NOS QUESTIONS ET CE N'EST PAS POSITIF

Alors qu'ils se battent depuis très longtemps, les clients de la société Guestevents, bien évidemment, très en colère, souhaitent par tous les moyens récupérer leur argent et l'annonce de la fin de l'activité a eu un effet très négatif sur les réseaux sociaux.

Selon les témoignages que nous avons reçus à la rédaction (plus de 300) beaucoup ont tenté de prendre contact avec la direction deGuestevents mais sans succès ou alors, pour les plus chanceux, les réponses n'allaient pas dans le bon sens dans la plupart des cas.

Nous avons réussi en exclusivité à joindre Brigitte Gillet qui dirige la société avec la fille et elle répond aux nombreuses questions que se posent les clients très mécontents de Guestevents.
 

Brigitte Gillet confirme à Stéphane Larue, que la société est bien banqueroute et que la société se retrouve "devant le mur". 

Brigitte Gillet : "Nous avons, ma fille et moi, plus de 100 000 euros de crédits personnels que nous allons être obligés de payer".

PAS D'ASSURANCE 

Dans l'interview de Brigitte Gillet nous apprenons que la direction n'a jamais pris d'assurance annulation pour les conventions qu'elle organisait. 

Brigitte Gillet : "Personne ne voulait nous assurer pour ça... j'ai contacté de très gros cabinet d'assurances et personne n'a voulu m'assurer événement par événement" 

LA SITUATION DE LA SOCIÉTÉ GUESTEVENTS

Brigitte Gillet : "Nous sommes en dépôt de bilan tout simplement... il y a un liquidateur judiciaire... Il y a peut-être une possibilité de revendre la société à quelqu'un qui veut racheter le concept, donc ça c'est peut-être en étude... Est-ce que ça va se faire ou pas, je ne sais pas !"

Elle confirme que cela va être très compliqué pour rembourser les clients "dans l'immédiat".

Dans l'interview, Stéphane Larue lui explique qu'un repreneur ne voudra pas forcément reprendre une société qui doit énormément d'argent. "On parle de 450 000 euros" 

Brigitte Gillet : "Oui, oui, je sais, mais ça c'est son problème à lui (à l'éventuel repreneur). Si je revends la société ce sera pour 1 euro symbolique."

LES CLIENTS NON REMBOURSES

Brigitte Gillet : "C'est un enchaînement de découverts, de problèmes bancaires, de trésorerie déficitaire, j'ai remboursé au fur et à mesure que je pouvais et après je me disais que chaque événement organisépouvait peut-être m'amener un peu de liquidité pour pouvoir solder les impôts et à chaque fois c'était aspiré." 

Brigitte Gillet revient sur son contrôle fiscal sur la société mais aussi personnelle. 

Elle explique que les problèmes ont commencé en 2015 et a chaque fois à chaque événement il y avait une perte financière...

LA SOCIETE BEST PROD

Elle assure que l'une de ses autres sociétés "Best Prod" n'est pas active et qu'il n'y a pas eu de mouvement financier sur celle-ci et elle explique pourquoi elle a été créée.

LES COURRIERS RECOMMANDES RETOURNES

Brigitte Gillet explique que tous les courriers reçus le sont via une boîte postale et qu'il est difficile pour elle d'y aller à cause de problème de santé... Stéphane Larue lui explique que sa fille peut y aller à sa place. Mais elle dit que s'il elle n'a pas le temps d'aller chercher les courriers recommandés "ça repartira."

UNE DATE AVANT LA LIQUIDATION JUDICIAIRE

Brigitte Gillet explique qu'elle se donne jusqu'au 15 novembre pour décider d'une liquidation judiciaire s'il n'y a pas de repreneur. 

Toute reproduction interdite sans la mention Stéphane Larue.









Interviews | Chroniques En mode Larue