stephanelarue.com

François Berléand : son 1er amour déchu, la perte de ses parents, les polémiques de Charlie Hebdo


Publié le Lundi 19 Septembre 2016 - modifié le Lundi 19 Septembre 2016 - 11:49


François Berléand : son 1er amour déchu, la perte de ses parents, les polémiques de Charlie Hebdo
Dans son interview décalée « Dans le rétro », la journaliste de France Bleu,  Déborah Grunwald reçoit François Berléand. 

Durant cet entretien, le comédien est revenu sur les moments clés de sa vie et sur les périodes douloureuses. Fervent lecteur d’HaraKiri dans sa jeunesse, il est revenu sur la polémique concernant la Une de Charlie Hebdo suite au séisme en Italie et de façon plus globale sur ce journal qu’il n’achète plus. Pourquoi? Il s’explique.



 
Concernant son 1er chagrin d'amour 
 
DG: Ca c’est Jacques Brel, ça vous fait penser à quoi?
FB: "A toutes celles qui m’ont quitté". 
DG: Y a eu Sophie, votre 1er amour
FB: "Sophie m’avait quitté et je mettais ça, et je mettais ça et je mettais ca et je pleurais, et je pleurais. J’écrivais une lettre, je vais me suicider, je vais me suicider, je t'aime. Quand tu recevras cette lettre je serai mort. Puis je me suis suicidé. J’avaisi pris qu’un lexomil donc ca n’a pas fait son effet donc évidemment c’est embêtant. Mais bon, j’ai bien dormi."
 
Concernant Charlie Hebdo
 
FB: "Je vais vous faire un aveu: j’ai été un lecteur de Charlie Hebdo et puis à un moment donné, l’équipe a changé et je n’ai plus lu Charlie Hebdo. Ca m’intéressait pas, ça ne me faisait plus rire du tout. Il se trouve quand il y a eu l’attentat, j’ai évidemment acheté la semaine d’après, Charlie Hebdo et j’ai compris pourquoi je ne le lisais plus."
 
Concernant la une du séisme
 
FB: "En l’occurence, concernant l’information que vous venez de donner, je la trouve déplacée parce qu'il y a des morts. Sur un séisme, je ne vois pas en quoi c’est drôle parce que là, je ne comprend pas. »
 
Concernant ses parents
 
FB: "Mon père m’a jamais fait de compliment." 
DG: Qu’est-ce que vous aimeriez qu’ils vous disent? (ses parents)
FB: "On le savait. Parce qu’ils m'ont fait confiance dès le début. J’ai appris par personnes interposées: mon père s’inquiétait pour moi et donc c’était une façon, certainement sa pudeur faisait qu’il n’a jamais pu me faire de compliments parce qu’il était  trop inquiet peut-être. Si je les voyais, c’est moi qui leur dirais, je vous aime, mon dieu qu’est-ce que vous m’avez manqué."

















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings