stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue


Hélène Grimaud : "Water", son nouvel album sortira le 29 janvier 2016


Publié le Mardi 1 Décembre 2015 - modifié le Mardi 1 Décembre 2015 - 19:20


Dans le monde de la musique, la pianiste Hélène Grimaud (née en 1969) est une figure à part, aimée du grand public et saluée par la critique en France comme à l’étranger. Personnalité attachante, à la fois farouche et modeste, passionnée et douée de qualités d’interprète exceptionnelles, elle mène sa carrière selon des exigences très personnelles : son besoin…
 
Née le 7 novembre 1969 à Aix-en-Provence, Hélène Grimaud commence à jouer du piano en 1976. Elle étudie avec Jacqueline Courtin au Conservatoire local.

En 1982, elle rejoint Pierre Barbizet au Conservatoire de Marseille et est reçue première à l’unanimité au Conservatoire de Paris, dans la classe de Jacques Rouvier. Elle obtient le premier prix de piano trois ans plus tard.

Elle avait quinze ans et enregistrait en 1985 la Seconde sonate de Serge Rachmaninov, une oeuvre touffue, qui nécessite des moyens pianistiques de premier ordre, une science du son, de l’agencement des plans sonores, une idée supérieure de la forme et un grand souffle pour tenir la distance. Cette Sonate n° 2 de Rachmaninov lui vaudra le Grand Prix du Disque de l’Académie Charles-Cros.
Hélène Grimaud prend le risque, en plein été 1987, d’aller se présenter à Jorge Bolet, qui donne des cours publics d’interprétation au Festival International de piano de La Roque d’Anthéron (sud de la France). Alors qu’elle était déjà connue des spécialistes, Hélène Grimaud joue pour le grand pianiste américain d’origine cubaine Après une lecture du Dante de Franz Liszt. La même année elle participe au Midem de Cannes.

En 1991, elle s’installe à Tallahassee, en Floride. La rencontre avec un loup la pousse à ouvrir en 1998, à South Salem, dans l’État de New York et avec le photographe John Henry Fair, le Wolf Conservation Center, consacré à l’étude et à la sauvegarde du loup. Elle devient la correspondante de plusieurs organisations scientifiques et oeuvre pour la réintroduction du loup dans son milieu naturel.
En 2006, elle quitte les États-Unis pour s’installer à Berlin puis en Suisse et publie l’année suivante le Concerto l’Empereur de Beethoven chez Deutsche Grammophon, son label depuis 2002. En 2007 sort un Best of de ses interprétations, un fait suffisamment rare pour une pianiste classique…mais Hélène Grimaud est une star dont les chiffres de ventes font des envieux. Elle figure régulièrement dans les classements des meilleures ventes d’albums tous genres confondus, à l’instar de l’anthologie Bach parue fin 2008 et rassemblant des pièces comme les Concertos pour piano et des Préludes et Fugues.

A l’automne 2010, la pianiste aixoise livre quelques-unes des Résonances qui l’ont le plus marquée. Au programme du récital figurent des oeuvres de Mozart, Franz Liszt, Bela Bartok et Alban Berg. La virtuosité d’Hélène Grimaud n’a d’égale que son audace, qu’elle transmet lors d’une tournée française passant par le Théâtre des Champs-Elysées à Paris le 26 novembre.

Le 1er juin 2011, la star du piano enregistre les Concertos n°19 & n°23 de Mozart avec le Mozart Orchestra dirigé par Claudio Abbado. Cet enregistrement réalisé à Bologne donne lieu à l’album Mozart paru en octobre. La parution du disque est assortie de récitals Salle Pleyel et à la Cité de la Musique (Paris) dans le cadre du cycle « Domaine privé ». Le récital DUO paru à l’automne 2012 la voit collaborer avec la violoncelliste Sol Gabetta. Un an après paraît l’album enregistré en public avec le chef letton Andris Nelsons, réunissant les deux concertos pour piano de Brahms, le premier avec l’Orchestre de la radio bavaroise et le second avec le Philharmonique de Vienne



















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings





sur cette page