stephanelarue.com

Interview : Brahim Zaibat présente le "Rock It All Tour"


Publié le Lundi 20 Octobre 2014 - modifié le Lundi 20 Octobre 2014 - 16:36


Brahim Zaibat sera en tournée dans toute la France à partir du 29 octobre 2014, pour présenter son nouveau spectacle de danse « Rock It All Tour ».
 
Entouré d’une dizaine de danseurs mis en scène par Yaman Okur, chorégraphe du spectacle musical Robin des Bois, et accompagné d’un spécial guest chaque soir, Brahim Zaibat donne corps à une intrigue fortement inspirée de sa propre histoire.

Le spectacle « Rock It All Tour » sera de passage à Paris les 3 et 4 novembre au Casino de Paris.

Interview de Brahim Zaibat :

Tout le monde s’arrache Brahim Zaibat !
(Rire) Je suis désolé...

Rock it all n’est pas votre premier grand show ?
Non, j’en ai fait plusieurs ; il y a eu notamment le Superbowl, mais Rock it all sera mon premier show pensé et voulu par moi. En cela, on peut dire que c’est mon vrai premier spectacle.

Rock it all, c’est un rêve ?
J’imagine que la plupart des danseurs ont le même rêve : avoir un jour leur propre spectacle. C’était aussi le mien, je ne fais pas exception à la règle. Faire mon spectacle, vous vous rendez compte ! Et maintenant, mon rêve devient réalité !

Vous venez d’un milieu où tout n’a pas été facile ; être là où vous êtes, c’est une revanche ?
Pas du tout. Je n’ai aucune revanche à prendre. Je ne suis pas rancunier. Mon père, algérien, est parti très tôt de la maison et ma mère, française, nous a élevés seule mes deux frère et soeur et moi.

Vous êtes ambitieux ?
Ah ça, j’ai de l’ambition, c’est sûr ! Quand ma mère a compris que la danse, c’était sérieux, elle m’a soutenu dans cette voie.

Vous voulez prouver quelque chose aux autres ?
Je n’ai rien à prouver aux autres, mais beaucoup à partager !

La danse, c’est un langage ?
Oui, c’est un moyen d’expression, comme la peinture, la musique...

La première fois où vous avez eu envie de danser, vous vous en souvenez ?
Oh oui ! Je devais avoir 8 ou 9 ans.

Quel a été le déclic ?
Je crois pouvoir dire que c’était inné. J’avais fait des rencontres avec des « grands », des danseurs croisés à La Duchère où j’habitais gamin et cela m’a poussé à me lancer à fond dans cette discipline.

Et vous vous êtes retrouvé, avec votre groupe Pockemon Crew, sur le péristyle de l’Opéra de Lyon pour vous entraîner !
Eh oui ! D’ailleurs, on nous appelait « les rats de l’Opéra ». On était jeunes mais on n’était pas là que pour rigoler et faire la fête ! C’était du sérieux. Quand on a gagné les championnats de break dance, on a cru en nous !

Devenir danseur, c’était une manière de vous en sortir, de vous construire un avenir ?
Complètement ! Je trouvais que la danse, c’était bien pour s’extérioriser, pour ne pas traîner dans les quartiers à ne rien faire...

Vous aimeriez être un exemple pour les jeunes des cités un peu désoeuvrés ?
J’espère bien ! Je suis là pour partager mon savoir-faire et ma passion, et c’est ce que je fais depuis le début de ma carrière.

Votre relation hyper médiatisée avec Madonna, dont vous avez été le danseur et le compagnon, vous a-t-elle servi ou desservi ?
Un peu des deux ! Bien sûr, cela a pu me desservir parfois, mais comment le cacher, cela m’a aussi beaucoup servi, bien évidemment. Voir mon nom associé au sien m’a complètement aidé mais au bout d’un moment, j’avoue que j’en ai eu par-dessus la tête !

Que pense-t-elle de vous ?
Le plus beau compliment qu’elle pouvait me faire, c’était reconnaître et apprécier mon travail. Et elle l’a fait en faisant appel à moi pour sa tournée et son spectacle.

Pourquoi, à votre avis ?
Parce que je suis un gros bosseur !

Danse avec les stars a dû être un autre tremplin non négligeable ?
Oui, cela m’a apporté énormément de choses. Cela m’a donné l’occasion d’apprendre de nouvelles danses que je ne connaissais pas. Cela m’a permis d’acquérir la notoriété en France ; ces deux choses-là sont énormes. A titre personnel, l’expérience m’a appris la vie en communauté, à m’ouvrir encore davantage aux autres...

Vous êtes fier du chemin parcouru ?
Oui, mais j’espère que ce n’est pas fini ! Je n’en suis même pas à la moitié. Tout reste encore à faire ! Je suis simplement content du parcours accompli. C’est juste le fruit de mon travail. Pendant 15 ans de ma vie, je me suis consacré uniquement à cette discipline, je suis fier qu’on reconnaisse aujourd’hui mes capacités.

Vous avez dû beaucoup changer avec le succès !
Non, au fond, pas tant que ça ! Ce sont les autres qui changent... Je vis ma vie comme je l’ai toujours vécue. Je rentre souvent à Lyon pour voir ma famille, je suis la même personne !

















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings