stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue


Jean Dujardin : "De branleur en classe, je suis devenu amuseur et peut-être, maintenant, acteur"


Publié le Vendredi 7 Octobre 2016 - modifié le Jeudi 6 Octobre 2016 - 14:54


C'est le 19 octobre prochain que l'acteur Jean Dujardin sera de retour avec le film "Brice 3" et à cette occasion The Red Bulletin (Le magazine de Red Bull) a obtenue une interview exclusive de l'acteur. Des vannes au succès, les convictions exclusives d’un comédien déterminé !

Voici un extrait de cette interview exclusive :  Brice de Nice n’est pas un film sur un surfeur qui surfe, finalement.

Le surf n’a jamais été le moteur sur Brice. Ce qui m’a toujours intéressé, ce sont les mecs qui parlent sur la plage, qui plantent le surf et qui ont un discours, le feu sacré. Mais jamais sur la planche. En théorie, seulement (sourire).

On apprend quoi d’un surfeur qui ne surfe pas ?

Brice, c’est clairement tout ce que je ne voulais pas être, mais en même temps c’est lui qui me permet d’avoir la bonne réplique au bon moment, la bonne « casse », d’être un personnage totalement improbable, avec une dent de requin autour du cou, qui n’est autre qu’une petite corne de chèvre (sourire amusé). C’est juste pour qu’on me voie, en fait.

Tout le monde devrait pouvoir incarner un Brice, un jour ? 

Juste pour te faire du bien, pour pouvoir balancer la réplique que tu n’as pas pu balancer quand tu avais onze ans. Avoir la répartie que tu n’avais pas gamin. Brice m’a offert cette chance. C’est pour cela qu’il m’a fait autant de bien. Ce qui me plaît, c’est son côté con, très heureux, sans aucun recul. Brice essaie juste de casser les autres.

Avec votre notoriété, vous avez aussi des promesses à tenir, et ce retour de Brice de Nice a dû être mûrement réfléchi. Qu’est-ce qui l’a motivé ?

James Huth, qui est un ami, m’a dit : « Viens, on redémarre, on refait Brice. On fait n’importe quoi, mais viens ». Je lui ai répondu : « T’as raison, il faut que je déconne, que je sois plus léger, je ne me ressemble pas. » Dans le miroir, je ne retrouvais pas mon regard, plus rien de pétillant. C’était comme un masque. Je ne souriais plus des yeux.

Être Brice à nouveau vous a relancé ?

En repartant sur la réécriture de Brice, il y avait ce clown qui me convoquait encore. Mon pote Christophe Duthuron (auteur et comédien français, ndlr) est arrivé dans le jeu, on a commencé à faire un trois bandes avec lui et James, à se marrer, se marrer ! Brice me filait des trucs.

C’est à l’armée que vous avez commencé à « le faire », faire marrer les autres. Que vous a apporté le Service ?

L’armée, c’est le seul moment où tu es au contact de toute la société. J’ai eu cette chance-là, je dis bien cette chance. Le premier mois, c’est horrible, tu pleures...du sang (rires). Et puis tu te dis : « Il faut que je fasse avec. » Et tu te mets à gratter un peu, et tu vois des gueules, et tu te dis « mais ouiiii ! »... J’écrivais déjà des sketches avant, mais c’est à l’armée que j’ai décidé de faire ça. Je ne me suis jamais dit que je devais faire une école pour devenir acteur. « Je vais écrire, si je sens que ça m’amuse et que je vais peut-être amuser 5 ou 10 personnes, je vais essayer dans les bars, les cabarets, à la télé... » C’est venu comme ça, avec beaucoup de réserve, ça n’a jamais été une grosse décision. Du genre : « Attention, je ne dis pas que je suis acteur, je suis amuseur. » De branleur en classe, je suis devenu amuseur, et peut-être, maintenant, acteur.

« Peut-être »... certains ont décidé que vous valiez bien un Oscar, récompense que vous trouvez « absurde ».

La compétition, je la comprends dans le sport. Dans mon métier, elle est absurde. Dans le sport, je comprends la notion de meilleur, il y a le chrono, le score, des trucs pour le dire, c’est établi. Dans un film, ça ne veut rien dire. Il n’y a pas de meilleur film. Tu es dans un film qui suscite plus d’engouement que les autres. C’est toi, t’es là. Ça a été mon cas, alors je l’ai pris. Je ne suis pas naïf pour autant, mais ce n’est pas une posture. Les Oscars, on peut en revenir vivant. Les mecs se disaient : « Il va péter un boulard, il va Devenir fou ! » Non, parce que j’ai cette putain d’éducation.

Retrouvez l’interview complète de Jean Dujardin sur www.redbulletin.com et découvrez pourquoi l’acteur oscarisé affectionne tant le personnage de Brice de Nice.

LE FILM BRICE 3

Brice est de retour. Le monde a changé, mais pas lui. Quand son meilleur ami, Marius, l’appelle à l’aide, il part dans une grande aventure à l’autre bout du monde…

Les voyages forment la « jaunesse » mais restera-t-il le roi de la casse ?

un film de James Huth
avec Jean Dujardin, Clovis Cornillac, Bruno Salomone

Sortie le 19 octobre 2016 au cinéma.



















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings





sur cette page