stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue


Laurent Lamarca : Decouvrez "Nouvelle Fraîche", son premier album


Publié le Mercredi 18 Septembre 2013 - modifié le Mercredi 18 Septembre 2013 - 22:48


Laurent Lamarca : Decouvrez "Nouvelle Fraîche", son premier album
Vendredi 20 septembre Laurent Lamarca prend le contrôle des réseaux sociaux de l’Office du Tourisme de Paris, une première !

RDV ce jeudi pour connaître les lieux où Laurent Lamarca fera des show-case dans Paris tout au long de la journée.

Twitter : https://twitter.com/parisotc + Facebookhttps://www.facebook.com/p.infos

1er album « Nouvelle Fraîche »
Sortie le 23 septembre chez Columbia / SONY
 
Dès le deuxième morceau de son album Nouvelle Fraîche, Laurent Lamarca donne le ton : si la chose est un premier disque, façonné en home-studio avec son plus fidèle acolyte Victor, elle fait suite, déjà, à un parcours riche en épisodes et rebondissements.

La chanson se nomme J’ai laissé derrière moi. Derrière Laurent Lamarca, il y a des tas de choses, de gens et d’époques. Une enfance heureuse « au bord des vergers » en banlieue lyonnaise, passée à construire des cabanes, s'émerveiller devant les oiseaux, apprendre la clarinette. Des après-midis dans le garage de son père musicien, transformé en home-studio: c’est là que retentirent les notes de son premier groupe, formé avec cousines et soeurs- un groupe de variété sous influence Voulzy auquel il donna le patronyme Musicale Partition.

Laurent Lamarca sourit beaucoup. Gai comme un pinson, curieux, enjoué, le jeune homme rejoue, au quotidien, la ballade des gens heureux: il ponctue ses conversations d'éclats de rire, exprime dès que l'occasion se présente la joie que lui procurent son travail de musicien et le fait de sortir un premier album. Derrière Laurent toujours, il y a d'ailleurs une adolescence placée sous le signe de la musique, partagée entre les groupes de rock à guitares héritées de Noir Désir et les projets trip-hop.

"J’ai découvert Portishead avec le titre Glory Box sur la B.O. de Chacun cherche son Chat. J’ai adoré et j’ai d’emblée acheté le disque. Au départ, je trouvais les autres morceaux bizarres. Vite, je n’ai plus écouté que ça et j’ai voulu développer un projet qui irait dans ce sens."

Portishead rime avec Radiohead: ça tombe bien, Laurent place aussi la bande de Thom Yorke, pour l’expérimentation et l’audace sonore, dans son panthéon pop.

Ce Curriculum Vita aurait déjà de quoi convaincre. Il faut pourtant lui ajouter les années passées au sein de XX Mariani, groupe de rock sombre et fougueux formé à Lyon avec le complice Victor, qui accompagne encore Laurent aujourd’hui. « On aimait Sonic Youth et Fugazi, At The Drive… On répétait dans une friche industrielle... On a splitté dans la douleur. »

De cette séparation artistique, comme d’une rupture amoureuse, Laurent aurait pu ne pas se remettre. C’était compter sans l'optimisme et la fraicheur du jeune homme, et la proposition que lui fait alors un éditeur parisien. Séduit par le talent de Laurent, il propose au jeune homme d'écrire des chansons pour les autres.

Après moult hésitations, Laurent accepte le défi et prend le chemin de la capitale. Un nouveau départ qui prend aussi des allures de retour à la case départ: « Je revenais à ce que je faisais au début : de la variété. Mais j'étais plus riche: entre temps, j’étais passé par plusieurs phases, plusieurs genres, plusieurs époques. » A Paris, Laurent joue alors avec Camelia Jordana et Ycare.

Encouragé par ses proches, à qui il fait écouter les maquettes des chansons qu’il compose pour les autres (Luce entre autres), le jeune homme décide de revenir à un projet personnel et de chanter sous son propre nom. Sans artifice, ce sera donc Laurent Lamarca, le jeune homme ayant hérité de ce patronyme solaire de ses grands-parents siciliens.

Le musicien veut raconter des histoires avec une guitare- « comme du Bob Dylan en français ». Solo donc, mais pas tout seul pour autant : Laurent est ouvert, il aime les rencontres, se nourrit des collaborations. Il travaille donc avec l’auteure Helene Pince, collaboratrice de Bertrand Burgalat ou Luce. Pour soigner les arrangements, il convie son ancien acolyte Victor. Au mix, il fait appel à l’omniprésent Julien Delfaud (Revolver, Keren Ann, Phoenix).

De ces rencontres naîtront Nouvelle Fraîche, un premier disque à l’écriture sensible et au vaste champ musical, qui apparait comme le trait d’union entre les projets passés du monsieur. On y passe du folk (La Main) à la chanson (Les Jolies Choses), de la pop (Kleptomane) à des ambiances électroniques (Garçon Sauvage). "J’aime bien l’idée d’être à mi-chemin entre Souchon et MGMT" résume l’intéressé avec humour. Si le jeune homme respire la joie, ses textes souvent bouleversent, comme celui d’Autour de moi, écrit pour son grand-père alors que celui-ci savait son heure venue.

Le public, d’ailleurs, a vite succombé à la personnalité du jeune homme : il l'a ovationné sur la scène des Francofolies de la Rochelle ou en première partie de La Grande Sophie… "J’ai un gros défaut, confesse le musicien, toujours le sourire aux lèvres. Comme pas mal d’artistes, j’ai envie que les gens m’aiment…" . 2013 devrait voir tous ses voeux exaucés.

















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings