stephanelarue.com

Sélections de la rédaction

Le smartphone : un « doudou » toxique pour les oreilles ? Trois raisons de s'inquiéter

Publié le Mardi 31 Janvier 2017 à 22:33


A chaque civilisation, ses rituels de passage. L'entrée en 6ème est aujourd'hui très souvent marquée par l'acquisition d'un smartphone. Ce nouveau doudou menace-t-il notre santé auditive ?
 
Les experts de  la  JNA  tirent  la  sonnette  d'alarme  : le smartphone pourrait devenir toxique pour les oreilles de nos enfants.

Trois raisons de s'inquiéter :

- La précocité de l'usage du téléphone portable : selon Médiamétrie, l'âge moyen d'acquisition du 1er smartphone ne cesse de baisser. Il est aujourd'hui de 11 ans en France... mais de 7 ans aux Etats- Unis ! Or, plus un usage est précoce, plus le risque d'usage abusif et de dépendance augmente. Selon le professeur Jean-Luc Puel, président de l’association JNA1, « le mode de consommation des smartphones questionne surtout au sein de la génération Z qui est née alors que ce matériel était déjà bien implanté au sein de la population."
 
- L'exposition intensive : dès 10 ans, le smartphone est un objet de communication quotidien. Ce doudou sert à écouter de la musique, regarder des vidéos, téléphoner à ses amis. A 12 ans, ils sont  30 % à déclarer écouter de la musique au moment du coucher, ils sont plus de 40 % à le faire deux ans plus tard. 1 jeune sur 3 écoute de la musique 2 à 3h par jour et 2 jeunes sur 3 de 1 à 2h par jour2. 1 jeune sur 2 a déjà ressenti une douleur dans l’oreille3.
 
- L'utilisation du casque : Cette pratique incite tout d'abord à monter le son. Ensuite, le casque augmente la pression du bruit sur l'oreille interne. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de limiter la durée d’écoute avec un casque audio à une heure par jour.Ce cocktail peut devenir explosif car notre système auditif n'est pas capable de supporter une telle sollicitation ni  dans sa durée ni dans son intensité. Il n’a pas opéré de mutation biologique pour s’adapter aux évolutions de nos pratiques sonores.
 
Résultat : des dégâts insidieux mais irréversibles (une fatigue auditive pouvant conduire à une perte d'audition précoce) mais aussi des traumatismes sonores (acouphènes, hyperacousie...). Sans compter les effets extra-auditifs sur le sommeil, le stress, l'hypertension, etc.

20e édition de la Journée Nationale de l’Audition », jeudi 9 mars 2017









Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings