stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue


Les adolescents manquent de sommeil, voici les bons conseils


Publié le Jeudi 26 Mars 2015 - modifié le Jeudi 26 Mars 2015 - 18:45


Les adolescents manquent de sommeil, voici les bons conseils
A l’occasion de la 15ème Journée du Sommeil, le 27 mars, les résultats d’une enquête réalisée par Ipsos Santé pour la Fondation Pfizer auprès de 801 jeunes âgés de 15 à 18 ans révèlent que 53% des adolescents déclarent avoir des difficultés à aller se coucher le soir, réduisant leur durée moyenne de sommeil à 7h51, loin des 9 heures préconisées par les médecins pour leur santé et leur développement.

Manque de sommeil : parents/adolescents, ouvrez le dialogue !

"Afin que les adolescents améliorent leur temps de sommeil, il faut que leurs parents passent un « contrat » avec eux : qu’ils calculent ensemble le temps de sommeil nécessaire pour être en forme en expliquant que cela peut avoir des conséquences sur la vie privée et sociale, en plus des règles d’hygiène de sommeil de base" indique le Dr Olivier Pallanca, psychiatre neurophysiologiste, Hôpital la Pitié-Salpêtrière.

Les règles d’hygiène à appliquer avant le coucher

> Eviter les stimulants comme le café, le thé, la cigarette, l’alcool

> Manger léger et en petites quantités

> Limiter l’activité physique car en augmentant la chaleur corporelle, elle retarde l’endormissement

> Créer de bonnes conditions d’environnement : sans appareil électronique dans la chambre, tempérée avec une température allant de 18 à 20 degrés et, si possible, fermer les volets pour limiter le bruit et la lumière

> Pour les adolescents, ne pas réviser des leçons difficiles et stressantes devant un spot lumineux incompatible avec le sommeil, au risque de provoquer anxiété et tensions.

Des adolescents très actifs avant de s’endormir
Plus d’1 jeune sur 2 (53%) déclare avoir des difficultés à aller se coucher le soir et particulièrement ceux qui ont un niveau de bien-être faible (73%) ; 43% ont tendance à se coucher de plus en plus tard, 22h29 au lieu de 22h, recommandé par les médecins.
Les activités des jeunes avant le coucher pourraient en être responsables et particulièrement l’utilisation des écrans : 92% vont sur Internet, 91% échangent des textos, mails, snapshat, whatsapp…, 89% regardent la télévision, 84% échangent sur les réseaux sociaux tandis que 63% jouent à des jeux vidéo.

"Les écrans sont néfastes : la première raison, c’est la luminosité de l’écran. Elle est suffisante pour modifier la sécrétion de mélatonine, la perception même de la somnolence. La seconde est que cela maintient un degré de veille et d’excitation qui n’est pas compatible avec l’endormissement. L’adolescent ne va pas écouter ses signaux internes, il va les forcer et ainsi rater ses cycles propices à l’endormissement, ce qui va le décaler ", explique le Dr Olivier Pallanca.

Ce coucher tardif a des conséquences sur la santé des adolescents

Il réduit la durée du sommeil. En moyenne, un adolescent dort 7h51 minutes, bien en-dessous des 9 heures conseillées à cet âge. Malgré tout, le rythme de sommeil des adolescents semble régulier. Plus d’1 adolescent sur 2 (58%) déclare ne jamais ou rarement se réveiller la nuit contre seulement 20% des adultes. Ce coucher tardif entraîne aussi des complications au réveil. En effet, plus d’1 jeune sur 2 déclare avoir des difficultés à se réveiller le matin (52%). L’heure de lever moyenne des 15-18 ans est de 6h46 quand il y a classe.

















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings