stephanelarue.com

No Education : Voici le clip du single "Keeper"


Publié le Vendredi 8 Novembre 2013 - modifié le Vendredi 8 Novembre 2013 - 17:21


"(Imaginez vous) : Quelques nappes de synthé, la caresse d’une cymbale, une guitare au loin, et une voix : celle d’Aaron DeMoon. Une dimension lunaire s’installe alors... Une dimension qui rebondit en apesanteur, comme nos pas sur la Lune...


La rencontre musicale se fait durant l’été 2010. Premier chapitre pour les créations de ce jeune groupe en provenance de l’est Parisien. Moyenne d’âge : 22 ans.


On y trouve Alex, pianiste issu d’une large famille de musiciens et grand fan des Stones. Dès son plus jeune âge, il est guidé par les gimmicks blues joués par son père, et bercé par les rythmes endiablés de l’Espagne, dont il est originaire.


Il y a aussi Didou, le guitariste du groupe. Longtemps éparpillé entre le rap qu’il écoute avec ses potes et l’éducation musicale de son père, plutôt penchée rock seventies, il découvre l’album Ok Computer du groupe anglais Radiohead. De là, naît sa vraie passion pour le rock et les musiques alternatives.


Enfin Aaron. Il fait ses premiers pas sur scène en tant que rappeur et MC, au sein du collectif Carré d’Iks. Sa curiosité le conduit vers d’autres sphères musicales. Il pratique la batterie et commence à mettre en partition ses univers. L’envie de chanter ses mots, devient de plus en plus forte et s’incarne aujourd’hui par sa voix écorchée mais douce. Rock et soul à la fois.

Paul, le batteur du groupe, est percussionniste depuis son plus jeune âge. Il découvre la batterie grâce aux tourneries funk de Average White Band ou de Chad Smith, pour un style épuré en recherche d'efficacité. Propulser face au public, Aaron prend la place de bassiste au sein du groupe.


Aaron trouve une incroyable source d'inspiration auprès de ses pairs musicaux, tels le groove d’une basse soul à la Erykah Badu ou la précision d’un Roger Waters, membre d'un des plus grands groupe de l’histoire du rock : Pink Floyd ! 


Des évènements sociaux majeurs tels Woodstock, la chute du mur de Berlin ou encore la libération des moeurs sexuelles ont pour points communs l'éclatement des carcans sociaux et l'avènement d'une nouveaux courants musicaux. Soit la revendication collective d'un souffle de liberté.


No Education ! Cela ne vous rappelle rien d’ailleurs? Une brique ... Un Mur ... Stop : Vous y êtes !


« Un manque d’éducation », et pourtant une dose d’amour qui fait la différence.


No Education c’est surtout un mot d’ordre adressé à une génération.


Un son inspiré du passé, qui parle au présent et imagine son futur.


Peace."

 


















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings