stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue


Préparez-vous à "jumper" sur le nouveau single de Fred'Angelo


Publié le Vendredi 19 Juin 2015 - modifié le Vendredi 19 Juin 2015 - 14:25


Benjamin d’une famille sicilienne immigrée dans un village provençal, le petit Frédéric-Arcangelino D’Angelo grandit avec, au biberon, un cocktail magique d’amour inconditionnel et de chansons.

En parallèle de sa scolarité, cours de piano, conservatoire de chant à Aix-en-Provence et premières victoires de concours de chant rythment sa jeunesse. De ses études de lettres, il gardera l’amour des mots ; de ses racines italiennes, celui des grandes mélodies. Coopté à l’âge de 17ans par les plus importantes formations orchestrales du grand Sud, c’est au contact du public avec plus de 100 concerts par an qu’il aiguise son art.

De tournées nationales à ses premières scènes en solo, il ne lui faut pas longtemps pour convaincre les professionnels de miser sur lui. Auteur de ses textes, compositeur de ses mélodies, interprète de surcroît, il est choisi pour représenter la France au Festival Francophone de la Chanson Charles Trenet à Tahiti. Il a tout juste 20ans. Son charisme, son magnétisme, sa gueule d'ange et sa voix puissante et mélodieuse sont ses atouts majeurs – et légitimes – pour prétendre à faire carrière.

C’est pourtant à un carrefour de vie difficile parce que marquée par le deuil, que l’écriture s’impose à lui comme une véritable thérapie. Sous l’impulsion bienveillante du producteur Samuel Ducros, ce journal intime romantique et introspectif donne naissance à son premier album "La croisée des chemins".

Fusion de sons pop-rock et classicisants, son univers se dessine entre ombre et lumière. Ses textes profonds, aux saveurs douces-amères, lui valent dans la presse le surnom de “Petit Rimbaud de la pop”.

Claude Barzotti lui offre ses premiers pas à l’Olympia. Patrick Bruel, Dany Brillant ou encore Hélène Ségara leurs premières parties… C’est avec la complicité du metteur en scène Yves Barta et du maître de l'illusion Dani Lary, que Fred’Angelo donne vie à ses chansons dans « Barockmantic », un show live digne des performers américains dans lequel il exprime pleinement son art et transporte son public dans un univers à la Tim Burton plein d'onirisme et de poésie. Le succès d’estime et la popularité apportée par ce premier opus font de lui un chanteur soutenu par un public fidèle, varié et affectueux.

La page de cette belle aventure tournée, le jeune artiste reprend sa liberté et, très vite, il dépasse nos frontières pour se produire aux quatre coins du globe (Etats-Unis, Royaume-Uni, Maroc, Liban, Turquie, Arménie, Lettonie, Malaisie…). Invité à chanter dans des évènements prestigieux, il est amené à côtoyer par la même occasion de grandes personnalités de l'industrie musicale.

Que ce soit dans celle de Shakespeare ou dans une dizaine d’autres langues, il navigue de concerts privés en festivals internationaux. En 2010, ce tourbillon d’énergie se voit décerner l'award du Meilleur Artiste de scène lors du concours télévisé italien « Premio Mia Martini » qui récompense ses qualités de showman.


C’est toutefois dans sa “madrelingua” qu’il s’adresse à la diaspora italienne du Canada lors du ChinPicNic de Toronto et de l’Italfest de Missisauga en 2012. "Les voyages forment la jeunesse" dit le proverbe. Riche de rencontres et de nombreuse expériences, Fred’Angelo prend conscience que la musique n’a pas de frontières, qu’elle a le pouvoir d’unir les êtres humains. Que la voix, comme véhicule d’émotion, est aussi une arme thérapeutique, sa vibration permettant de modifier l’énergie d’une personne et contribuer à rendre sa vie plus belle.

De ce constat nait chez l’artiste l’envie de se remettre à la composition et de reprendre le chemin des studios afin de préparer un EP pour la rentrée 2015. Ses racines, le soleil, la joie, la beauté, la gaité, la plénitude, autant de sentiments qui l'animent aujourd’hui et qui lui donnent l'envie d'écrire au positif. C'est cette évolution que reflète « Jump Jump » son nouveau single dévoilé cette année au Festival de Vina del Mar au Chili, parfait hymne à la joie et prétendant au titre de tube de l'été.

Le morceau a tous les atouts nécessaires pour séduire un large public et se targue déjà de dépasser les 12 000 vues naturelles sur Youtube, sans promotion aucune. « Jump Jump » est une carte postale, une invitation au voyage, le reflet le plus honnête de l’homme qu’il est devenu au fil des scènes et de ses rencontres avec différentes cultures. Plus motivé que jamais, Fred’Angelo entend vous faire « jumper » tout l’été… et plus si affinité !

















Sélections de la rédaction | France et Monde | On en parle sur Twitter | C'est dit ! | Médias | People | Téléréalité | Musique | Cinéma | Multimédia et Jeux vidéos | Livres / BD / Mangas | Spectacles | Séries TV | Insolites | Castings