stephanelarue.com
Stéphane Larue Stéphane Larue



Sélections de la rédaction

Présidentielle 2017 : pour 9 Français sur 10, le Président de la République devrait savoir parler anglais


Publié le Vendredi 24 Mars 2017 à 10:51




Une étude réalisée par ABA English, académie d´anglais en ligne, sur un échantillon de 900 étudiants d’anglais en France, révèle que :

 
  • Les 2/3 des sondés (66%) prendront en compte le niveau d’anglais des candidats au moment de passer dans l´isoloir
  • 78% des Français considèrent que le niveau d’anglais des politiciens n’est pas à la hauteur
  • 83% des sondés estiment que le niveau d’anglais de François Hollande lui a porté préjudice dans ses relations internationales
  • La quasi-totalité de l´échantillon (98%) pense que les représentants politiques français sont à la traîne dans la maîtrise de l’anglais lorsqu’on les compare aux autres dirigeants européens

 
Avec la présidentielle qui approche, nos politiciens se remettent à l’anglais. C’est un fait avéré, la maîtrise de cette langue ouvre des portes et peut faire la différence dans les relations internationales, mais aussi moderniser l’image de nos représentants politiques. Maîtriser l’anglais représente un plus pour remporter les élections même si ce n’est pas le facteur décisif : selon le sondage mené par ABA English, deux tiers des interrogés (66%) déclarent qu’ils prendront en compte le niveau d’anglais des candidats lors de leur prochain passage aux urnes. 
 

 
LES FRANÇAIS DE PLUS EN PLUS EXIGEANTS ENVERS LEUR PRÉSIDENT
 
En 2017, en France, avoir un bon niveau d’anglais est devenu un « must » pour occuper un poste de responsable au sein d’une entreprise à rayonnement international. Dans cette même logique, 91% des Français pensent qu’un Président de la République devrait savoir parler l’anglais : 40% considèrent que le politicien élu à la tête du pays devrait être bilingue et 51% pensent qu’il se doit de maîtriser couramment cette langue.

Or, pour les Français, le niveau d’anglais de leurs représentants politiques est insuffisant (15%) voire médiocre (63%). Uniquement 22% pensent que leur niveau est correct. 

Concernant François Hollande, seulement 6% des sondés estiment qu’il a un niveau avancé en anglais. Cette faible maîtrise de la langue lui aurait porté préjudice dans ses interventions en politique internationale selon 83% des sondés (très souvent 29% ; parfois 55%).
 
MACRON A LA COTE, MÉLENCHON À LA TRAÎNE, LA FRANCE À LA RAMASSE
 
95% des Français pensent que la maîtrise de l’anglais rend plus crédible à l’étranger, et neuf Français sur dix pensent que la nouvelle génération de politiciens est mieux préparée que la précédente en matière de formation linguistique. Les résultats de l’enquête sont sans équivoque : la personnalité politique qui s’exprime le mieux en anglais selon les sondés est Emmanuel Macron (69%), suivi de loin par François Fillon (16%), Manuel Valls (5%), Benoît Hamon (4%), Marine Le Pen (4%) et Jean-Luc Mélenchon (2%). 
 

 
Par ailleurs 98% des Français estiment que l’anglais des politiques français est parmi les pires d’Europe : 57% des sondés pensent que leurs représentants politiques sont ceux qui ont le plus mauvais niveau d’anglais, 41% estiment que leur niveau est tout aussi médiocre que celui de nos voisins espagnols et italiens, et seulement 2% déclarent qu’en règle générale, l’anglais ne pose aucun problème aux politiciens nationaux.

Enfin, 84% des Français qui ont participé au sondage considèrent les politiciens n’accordent pas assez d’importance à l’apprentissage des langues. Ils remettent en cause leurs projets visant à renforcer l’étude de l´anglais - langue la plus utilisée dans les affaires et dans la diplomatie - que ce soit au collège (85%) ou à l’université (83%). L’idéologie politique n’étant pas un facteur décisif dans ce cas, 77% des sondés jugent que tant les partis de gauche que les partis de droite ne proposent pas de projets d’enseignement de l´anglais intéressants.